Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Articles > CHRONIQUE DES DÉNOUEMENTS SYSTÉMIQUES

CHRONIQUE DES DÉNOUEMENTS SYSTÉMIQUES

Le 28 mars 2017
CHRONIQUE DES DÉNOUEMENTS SYSTÉMIQUES

 

QUENTIN A PERDU LA MÉMOIRE

Quentin a perdu la mémoire un 12 juin 2016, et se croit au 14 mars 2014. Il est sorti dans la rue et ne sait plus très bien où il est. Il a oublié qu’il est en 2e année d’histoire géographie, ne reconnaît plus les gens.

 

Le 14 mars 2014 est la date où il a enfin osé dire non à sa mère  qui voulait absolument qu’il vienne vivre avec elle. Elle lui a mentionné agressivement tous ses défauts, ses faiblesses, « avec elle, il apprendrait à vivre ». Il s’est fâché très fort.

 

Après une séparation houleuse d’avec son mari, elle a voulu récupérer ses enfants contre leur gré. Elle ne parvenait pas à leur donner les soins élémentaires, ni à s’en occuper. Selon lui, elle est malade, il ne peut pas lui en vouloir. Il a toujours essayé d’oublier les situations exécrables, et cette fois, il y parvient plus qu’il ne voudrait.

 

Le roman du traumatisme a été son remède  n°1: il consiste à raconter en détail un souvenir traumatique de façon sensorielle et émotionnelle (les émotions bloquées sortent à la narration), à déchirer sans relire, et à recommencer la même chose tous les jours jusqu’à ce que le souvenir soit devenu neutre. Ensuite, le soir avant de s’endormir, on prend une douzaine de clichés du souvenir en question, on les entoure d’une bordure, et on les passe en revue jusqu’à ce que le sommeil vienne. On fait cela tous les soirs jusqu’à ce qu’on oublie de le faire, signe que l’histoire est désamorcée.

 

Le remède n°2 a été, non pas de l’excuser parce qu’elle « était malade », mais de comprendre que c’était sa façon à elle de se raccrocher à la famille, sa façon de les aimer, lui et ses frères et sœurs, et qu’il n’a pas à être d’accord avec cette façon de faire (les emmener de force, les priver de leur père….). La colère contre elle a commencé à sortir et les souvenirs ont commencé à revenir jusqu’à ce que tout redevienne normal. Il a pu se repositionner en tant que fils de sa mère et s’autoriser à ressentir des émotions très diverses à son sujet. Il a pu la revoir et lui dire non posément lorsqu’il n’était pas d’accord

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Articles